Editorial

Inscription à la newsletter

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Notre partenaire Longitude181 vient de publier cet article que nous relayons pour aider à sa diffusion : 

"La Liste Rouge des requins menacés en Méditerranée vient d’être réactualisée par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). 10 ans après la première évaluation, le résultat est alarmant ! Plus de la moitié des espèces sont menacées d’extinction, soit 23 des 41 requins qui vivent en Méditerranée.

L’UICN lance un appel urgent pour la conservation de leurs populations et de leurs habitats. Elle alerte tous les gouvernements et organisations régionales des pêches : « Il n’y a aucun signe d’amélioration du statut des requins en Méditerranée depuis la dernière évaluation spécifique des requins qui remonte à 2007. »

En 10 ans, le nombre d’espèces les plus menacées ( classées « en Danger Critique d’extinction » ) est passé de 7 à 12 !

  

Pire, l’IUCN constate que « au cours de la dernière moitié du siècle, 13 espèces sont devenues localement éteintes à divers endroits en Méditerranée. Géographiquement, les extinctions locales ont été les plus répandues dans les eaux méditerranéennes du nord-ouest, en Espagne, France et Italie, ainsi que dans les eaux des pays riverains de la mer Adriatique et des pays de l’Afrique du Nord-Ouest. Cette réduction alarmante du nombre d’espèces est liée à une activité de pêche plus intensive et plus particulièrement aux prises accessoires. (Voir schéma ci-dessous)

 

En marron foncé, les zones où le nombre d’espèces éteintes est le plus important : Espagne, France et Italie. Suivent, les pays du Maghreb (© UICN)

Ces résultats confirment les recherches, les discussions et les observations accumulées depuis le début du programme Requin Blanc Méditerranée, tout ce qui a alimenté la synthèse sur l’état des populations de requins publiée le moins dernier.

Les gouvernements doivent appuyer le suivi des captures et la collecte des données, réglementer les engins et établir des quotas de pêche et des aires protégées au niveau national. Aussi, les consommateurs doivent être conscients de l’impact sur la faune lié à l’achat de ces produits” dixit Dr. Nick Dulvy, Coprésident du Groupe de Spécialistes des Requins de l’UICN.

Plus que jamais, le programme “Requin Blanc- Méditerranée” doit être relayé et le poster diffusé !"

Aller au haut