Editorial

Inscription à la newsletter

Fil d'actualité

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

La France a très récemment fait publier des décrets qui accroissent son domaine maritime de façon très substantielle, puisque la surface ajoutée au large de la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, la Nouvelle-Calédonie et des Kerguelen couvre 579.000 km2. Presque autant que le territoire métropolitain.

La France avait en effet déposé auprès de l'ONU quatre demandes d'extension du plateau continental de 200 à 350 miles marins dans le cadre de la convention de Montego Bay. D'autres dossiers concernant la Réunion, Crozet, Saint-Paul et Amsterdam, Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis et Futuna sont encore en cours d'instruction. Si ces dossiers sont acceptés, l'augmentation du domaine atteindra 1 million de km2 et la France deviendra alors la détentrice du premier domaine maritime au monde, devant les Etats-Unis. 

Le droit sur ces zones ne s'applique que sur le sol et le sous-sol, la colonne d'eau demeure, quant à elle, de droit international. Il est clair que d'éventuelles capacités d'exploitation des richesses de ces fonds ont dû motivé cette extension. 

A ce jour c'est la Polynésie qui apporte la plus grande part du domaine, avec quatre millions de km2, la métropole n'en apportant que 335.000.

Le World Wild Fund (WWF) vient de publier un rapport alarmant sur l'état des océans et de la vie marine. Les populations d'animaux marins qu'ils soient mammifères, oiseaux, poissons ou autres, auraient chuté de 49% entre 1970 et 2012 (données recueillies pour 5829 populations de 1234 espèces). Certaines régressions atteignent 75%, mais il existe de fortes disparités selon les régions ; les tropicales et sub-tropicales sont les plus atteintes.

Le rapport mentionne un risque important de disparition des récifs et prairies sous-marines en 2050. La surpêche et la disparition des zones de reproduction entrainent un effondrement des populations de poissons les plus prisés pour la consommation comme le thon, la bonite ou le maquereau. La Méditerranée est citée en exemple ; après avoir nourri les populations de ses côtes pendant des siècles, ses populations ont décru de 89% en une seule génération.

Le WWF déplore la faiblesse des mesures de protection prises à ce jour mais estime qu'il serait possible de trouver des solutions : sauvegarder et reconstituer le capital naturel marin, consommer plus raisonnablement et donner la priorité au développement durable.

Le rapport peut être télécharger en cliquant ici.

     

Après des essais entamés le 25 juillet, l'Egypte a procédé à l'inauguration du nouveau Canal de Suez le 6 août dernier. Après des mois de travaux, une seconde voie s'ouvrira sur 190 km, dont 37km nouvellement creusés, et devrait permettre un doublement du trafic. Si les apports économiques attendus pour l'Egypte sont importants, les impacts sur l'environnement pourraient l'être également.

Les espèces de Mer Rouge devenant invasives en Méditerranée augmenteront probablement, en proportion de la croissance des nombres de bateaux utilisant le canal. Si l'on se réfère aux dommages déjà générés par certaines espèces lessepsiennes dans les deux bassins méditerranéens, les conséquences futures pourraient devenir dramatiques pour la bio-diversité.

Un article publié par BLOOM, l'association créée en 2004 par Claire Nouvian, connue entre autres par son ouvrage et son exposition sur les abysses, fournit de nombreuses informations. Cliquez ici pour le consulter.

  

Le Comité Directeur National de la Fédération vient de valider à l'unanimité l'ouverture de la formation de plongeur bio Niveau 1 (PB1) aux plongeurs en situation de handicap ayant validé la compétence PESH 20m.

Les Commissions Environnement et Biologie Subaquatiques Régionales, Départementales et des clubs pourront donc accepter des PESH20 dans leurs formations de PB1, sous réserve d'encadrement technique et de conditions logistiques adéquats.

 

Comme les loups sur terre, les requins sont des super-prédateurs mal aimés, mal connus et maltraités. L'ASPAS, qui agit pour les uns comme pour les autres, lance une nouvelle campagne avec Longitude181 : "Les requins protègent les océans, protégeons les requins !". A cette occasion, les deux associations vous convient à une projection publique de "Méditerranée, le royaume perdu des requins", en présence du réalisateur.

La séance aura lieu le 9 juillet à 14h30, à l'Institut Océanographique de Paris. Pour plus de détails, cliquez ici.

         

Aller au haut