Editorial

Inscription à la newsletter

Fil d'actualité

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Lors de sa récente visite au Québec, notre Président Jean-Louis Blanchard a rencontré le président de la CMAS Québec, Laurent Fey. Ce dernier est aussi un collaborateur de longue date de DORIS et participe à de nombreux travaux fédéraux. Il en a été remercié par la médaille fédérale. Notre Commission se réjouit de voir ainsi reconnu et récompensé les efforts et l'enthousiasme de Laurent.

 

Le Comité Directeur National a adopté en date du 15 février 2015 une modification importante en ce qui concerne l'accès au Niveau 1 de Plongeur Bio, validant ce faisant une proposition de la Commission Nationale Environnement et Biologie Subaquatiques : il est maintenant possible de délivrer ce niveau 1 Bio à un plongeur PA12 et à un apnéiste niveau 2. Si cela vous concerne et vous intéresse, n'hésitez pas à entrer en contact avec la section bio de votre club ou avec la commission départementale EBS.

L'aquarium de la Porte Dorée organise une conférence-débat le 9 février à 19 h qui traitera des thèmes liés aux perturbateurs endocriniens contenus dans certaines crèmes solaires et les impacts sur la santé humaine et les récifs coralliens. Les récents travaux de l'ARVAM serviront de support à ce débat.

Longitude 181 Nature est membre du collectif "Peuple des dunes en Trégor" qui se bat depuis 5 ans pour que le gouvernement ne délivre pas l’autorisation d'exploitation d'une dune de sable coquillier en baie de Lannion (Bretagne Nord).

Pour mémoire, ce projet menace 2 zones protégées classées "Natura 2000" ainsi que la célèbre Réserve des 7 îles qui se trouvent à proximité. Il bouleversera l'écosystème marin par l'extraction de l'équivalent en volume de la tour Montparnasse chaque année...., il submergera les fonds sous des tonnes de sédiments, et troublera l'eau de mer, perturbant encore plus les animaux et les algues.

Nous relayons ici une information de Longitude181 concernant la mise en place du programme CAP Requins dont l'objectif est de pêcher des requins pour vérifier si, après analyse de leur chair et vérification de sa non-toxicité, il est possible de commercialiser des requins pour la consommation humaine, commercialisation aujourd'hui interdite à cause du "risque ciguatera" ... (Cliquez ici pour lire la suite de l'article).
  

Aller au haut