Fiche des mois de Mars et Avril 2015 : le corail horastrea

Horastrea indica

 

Selon l'UICN, cette espèce est vulnérable (liste rouge des espèces menacées - catégorie VU).

Cliquer ici pour lire la fiche de l'UICN (en anglais)

Cette espèce de scléractiniaire ne se trouve que dans les Mascareignes et à Madagascar ou aux environs immédiats. Il apparait très généralement au-dessus de 20m de profondeur en raison des zooxanthelles qu'il héberge et qui ont un fort besoin de lumière.

 Comme très souvent, ces zooxanthelles sont expulsées en cas de réchauffement des eaux où réside le cnidaire. Dans ce cas, l'expulsion semble fatale à la colonie et la mort apparait rapidement, plus que dans beaucoup d'autres cas. Par ailleurs, l'acidification, la pollution, les cyclones et la pêche destructive rendent l'espèce encore plus vulnérable.

Il n'existe pas à ce jour de protection particulière de cette espèce et ne profite que de celle fournie par sa présence dans des espaces marins protégés. Ajouté à son petit périmètre de répartition, il y a tout lieu de croire que ce cnidaire se dirige vers des lendemains inquiétants et ne peut compter que sur sa présence dans l'annexe II de la CITES qui en interdit le ramassage ou un usage non durable, comme les autres coraux.

 

 

Fiche des mois de Janvier et Février 2015 : le marsouin du Pacifique

Phocoena sinus

 

Selon l'UICN, cette espèce est en danger critique (liste rouge des espèces menacées - catégorie CR).

Cliquer ici pour lire la fiche de l'UICN (en anglais)

Cette espèce est réputée pour être le cétacé le plus en danger sur la planète, depuis la disparition du dauphin du YangTsé. Il est localisé exclusivement dans le nord du golfe de Californie (mer de Cortès). On estime qu'il n'existe plus que peut-être moins de 100 individus, donc bien moins que les 567 comptés lors du dernier recensement de 1997. Cette diminution a probablement commencé en 1940, lors de l'explosion du nombre des engins de pêche dans lesquels ces animaux se prennent au piège et s'étranglent ou se noient. Ses mensurations sont de 1,50 m pour 50 kg.

Il vit dans des eaux poissonneuses et turbides, peu profondes, au bord de lagunes. Il est bien adapté aux changements de température et salinité de ces eaux. Leur fécondité est faible, comme beaucoup de cétacés. Les femelles donnent le jour à un petit tous les deux ans. Ce qui est bien trop faible pour consommer les pertes par noyade.

Il semble donc inéluctable de voir disparaitre cette espèce d'ici peu. Il n'est protégé que depuis 2005 mais les réserves créées pour conserver son habitat semblent peu efficaces car les animaux n'y résident pas de façon stable.

 

Fiche des mois de Septembre et Octobre 2014 : l'escargot de Corse

Tyrrhenaria ceratina

Selon l'UICN, cette espèce est en danger critique (liste rouge des espèces menacées - catégorie CR).

Il n'est pas besoin d'aller au bout du monde pour trouver des espèces qui sont en danger critique. Cet escargot n'existe plus qu'en Corse et qu'à un seul endroit : près d'Ajaccio, entre un aéroport et deux embouchures de fleuves côtiers. On en dénombre environ 7.500 à 10.000 individus.

Ils vivent dans les sables de la faible zone intertidale et peuvent donc se rencontrer lors de promenades sur l'estran de cette zone, certes peu étendu en raison de la faiblesse des marées.

Quoiqu'appartenant à la liste des mollusques protégés, la fragmentation des habitats en raison de l'urbanisation ne pourra qu'entrainer une détérioration de la situation de cette espèce, seule représentante du genre Tyrrhenaria dans le monde. Cependant l'espace Natura 2000 créé a réussi à stabiliser la population pour l'instant.

Cliquer ici pour lire la fiche de l'UICN (en anglais)

 

Fiche des mois de Novembre et Décembre 2014 : le puffin des Baléares

Puffinus mauretanicus

Selon l'UICN, cette espèce est en danger critique (liste rouge des espèces menacées - catégorie CR).

Ce puffin est même l'un des oiseaux les plus menacés en Europe. Il n'est donc pas besoin d'aller au bout du monde pour trouver des espèces qui sont en danger critique. Car il niche aux Baléares et exclusivement dans cet archipel mais il peut migrer jusqu'au nord des Iles Britanniques à la fin de l'été. Il fréquente donc nos côtes et nos cieux métropolitains.

Sa population n'a jamais été importante mais elle décroit très rapidement et de façon très alarmante. Les principales causes de ce déclin sont l'introduction de mammifères chasseurs dans sa zone de nichage et sa capture en mer par les pêcheurs.

Il avait été estimé dans les années 2000 qu'il ne restait plus que 2000 à 2400 couples. De plus récentes études tendraient à augmenter ce nombre jusqu'à 20000 ou 30000 individus. De récents rassemblements exceptionnels comme celui de 4600 oiseaux en baie de Lannion en août 2010 rendent progressivement les chercheurs plus optimistes.

On pourrait donc bientôt reclasser cette espèce dan sune catégorie à statut de criticité inférieure ! Bonne nouvelle, mais ce cas reste très rare, malheureusement.

Cliquer ici pour lire la fiche de l'UICN (en anglais)

 

Fiche des mois de Juillet et Août 2014 : le dugong

Dugong dugon

Selon l'UICN, cette espèce est vulnérable (liste rouge des espèces menacées - catégorie VU).

Cette espèce n'est considérée "que" vulnérable mais de nombreuses populations locales sont proches de l'extinction, dans son domaine géographique qui s'étend de la Mer Rouge et l'Afrique de l'Est au Vanuatu.

La durée de vie peut être très longue (70 ans) mais les taux de reproduction sont très faibles. Ils ont été très chassés pour leur viande, leur huile et leur peau. Leur habitat a été également sensiblement réduit (herbiers sur fond de vase).

Mais la menace principale est à présent la présence de filets qui les capture et les étrangle, même si ce ne sont que des prises accessoires. Ce à quoi s'ajoutent les bateaux, la poluution et le braconnage. Tous ces facteurs rendent la protection légale, dont ils profitent dans beaucoup des 48 pays où ils sont présents, insuffisante et peu efficace.

Cliquer ici pour lire la fiche de l'UICN (en anglais) et ici pour la fiche DORIS.

Aller au haut