Mercredi 18 décembre, lnfos par Nicole Aussedat

"La commission de la Pêche du Parlement européen a voté la réglementation de base de la réforme de la Politique commune de la pêche . Les résultats ont été très positifs, se donnant les moyens pour stopper la surpêche européenne avant 2015, et pour la reconstitution des stocks avant 2020. Le rapport de la député Ulrike Rodust a été adoptée par 13 voix pour et 10 voix contre et c'est une avancée majeure pour assurer la durabilité des stocks de poisson ainsi que la stabilité de la flotte de pêche de l'UE.

Entre autres mesures acceptées, la commission s'est mise d'accord pour une estimation et une élimination de la surcapacité de la flotte, ainsi qu'une aide financière aux opérateurs qui respectent les règles de pêche de l'UE. Elle a voté également pour régler le problème des rejets en mer selon un calendrier précis, pour ne pêcher que le surplus non pêché par les pays hors EU, et pour lutter contre la pêche illégale.
La commission de la Pêche de l'UE a ainsi voté pour mettre un terme à 30 ans de gestion dramatique de la pêche, en demandant à ce que le Conseil des ministres de la Pêche n'outrepasse plus les recommandations scientifiques et permette aux stocks de se reconstituer. La députée européenne Ulrike Rodust s'est appuyée sur une prise de conscience croissante du public qui souhaite que stoppe la surpêche pour amener la commission jusqu'à ce vote favorable.
Nous veillerons désormais à ce que le Parlement européen et les ministres de la Pêche fasse que le vote du 18 décembre se traduise par une réglementation opérationnelle"

Actuellement il y a 146 ONGs membres (19 pays)

 

 

 

 

 

La réunion des groupes membres se tiendra 7 et 8 juin 2012 à Bruxelles, à proximité du parlement européen. Les mois qui viennent revêtent une importance critique dans la campagne concernant les modes de pêches européens, car le parlement européen doit voter sur diverses propositions de la commission. L’été dernier durant le semaine européenne de la pêche, la conscience publique a été alertée. L’objectif de la réunion annuelle des groupes membres est de définir ensemble nos engagements.

Le 2 décembre 2011, la Commission européenne a proposé un nouveau fonds pour les politiques en matières d'affaires maritimes et de pêche (FEAMP) pour la période 2014-2020 en précisant : "Ce fonds contribuera à la réalisation des objectifs ambitieux de la réforme de la politique commune de la pêche et aidera les pêcheurs dans leur transition vers une pêche durable, ainsi que les communautés côtières dans la diversification de leurs économies".  Maria Damanaki a précisé : " Plus aucun fonds ne sera alloué à la construction de grands navires. La petite pêche artisanale et l'aquaculture bénéficieront de cette écologisation budgétaire de la politique commune de la pêche". OCEAN 2012 a réagi avec cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=zBAAGsJa5XI

Le 12 décembre 2011, OCEAN2012 avec la FNH, Greenpeace, le WWF et Bloom réagissaient ensemble au rapport de la Cour des comptes européennes démontrant que le Fonds européen pour la pêche qui pré-existait au nouveau FEAMP avaient plutôt encouragé la surpêche en attribuant des subventions qui augmentent la surcapacité (voir CP en annexe).  

Le 19 décembre 2011, OCEAN2012 a publié le document « Festins d’antan… recettes disparues »  : http://assets.ocean2012.eu/publication_documents/documents/194/original/Last%20Christmas.FRENCH.pdf

60 membres de 40 ONGs se sont réunis à Bruxelles le 1er septembre 2010 afin de remettre à Mme Damanaki, commissaire européen des affaires maritimes et des pêcheries, les 28 500 signatures récoltées de la pétition sur les pêcheries. Après quoi une petite délégation de dix personnes a été recue par Mme Damanaki afin de discuter plus dans le détail les problèmes et de mieux se faire connaître.

Le travail actuel reste concentré sur le lobbying de la "Core Team" et du "Steering group" de la coallition, afin d'influencer la commission de Bruxelles.

Ce 13 juillet 2011, à l’issue de deux années de consultation, la Commission européenne a publié sa proposition de réforme de la Politique Commune de la Pêche (PCP). Mise en place en 1982, la PCP a connu trois programmations décennales, qui ont considérablement fragilisé les stocks et affaibli les communautés de pêcheurs. Au niveau européen, les ministres des pêches successifs ont brillé par leur absence de vision prospective depuis trente ans et nous, société civile et pêcheurs en payons maintenant le prix. La France n’a pas fait exception en se positionnant résolument sur une ligne proche du statu quo, considérant l’éventualité de changements profonds comme des risques plutôt que des opportunités.  (http://ec.europa.eu/fisheries/reform/index_fr.htm)

Publications

Aller au haut